Comment adapter la nourriture chinoise à son régime rénal

Par Leah Butcher, blogueuse invitée, étudiante en diététique et stagiaire d’été à La Fondation du rein.

On sait qu’en cas d’insuffisance rénale, il y a des avantages à suivre un régime alimentaire approprié. Par exemple, diminuer sa consommation de sodium (sel) peut aider à faire baisser sa pression artérielle, à réduire la sensation de soif et à amenuiser les risques d’œdème (enflure) des bras, des jambes et du visage.

Or, certaines personnes trouvent qu’il n’est pas toujours facile de respecter les restrictions imposées par leur régime rénal. Selon une étude, les patients en hémodialyse qui percevaient le moins d’obstacles à suivre le régime prescrit étaient plus enclins à se conformer aux recommandations de leur diététiste.1 Dans cette étude, l’obstacle principal qui empêchait les patients à suivre leur régime était « la nourriture prescrite n’a pas bon goût », suivi de « il est difficile de changer ses habitudes alimentaires ».1 Comment peut-on alors adapter notre nourriture pour pouvoir apprécier nos repas tout en limitant les répercussions sur notre santé?

Prenons la nourriture chinoise comme exemple. On sait qu’elle contient des sauces à teneur élevée de sodium (la sauce soya, la sauce aux haricots noirs, la sauce de poisson, etc.). Cependant, la nourriture chinoise peut aussi être modifiée pour contenir moins de sodium, de potassium et de phosphore. Voici quelques astuces :

  • Lorsque vous cuisinez à la maison :
    • Utilisez une sauce soya réduite en sodium et sans additifs alimentaires contenant du phosphore ou du potassium, comme par exemple la sauce soya Kikkoman à teneur en sel réduite.  Vous pouvez aussi remplacer la moitié de la quantité requise de sauce soya par de l’eau pour réduire la concentration de sodium de moitié.
    • Lisez la liste des ingrédients des sauces que vous utilisez et évitez celles qui contiennent du potassium ou du phosphate ajouté tels que le chlorure de potassium, les phosphates de sodium ou les orthophosphates
    • Remplacez le sel d’ail ou d’oignon par de la poudre d’ail ou d’oignon.
    • Utilisez la poudre cinq-épices, un assaisonnement chinois sans sodium, pour rehausser la saveur de vos sautés préférés.
  • Lorsque vous êtes au restaurant :
    • Demandez de réduire de moitié la quantité de sel, de sauce et de glutamate monosodique inclus dans votre repas ou demandez que les sauces soient servies séparément.
    • Commandez des plats contenant beaucoup de légumes. Les légumes renferment des fibres alimentaires bénéfiques qui aident à réduire le cholestérol et ils sont aussi riches en antioxydants, en vitamines et en minéraux. Un régime qui compte beaucoup de légumes peut aider à réduire la pression artérielle. Si vous devez limiter votre apport de potassium, les aubergines, les fèves germées, le gai choy (feuilles de moutarde), le gai lan (brocoli chinois), le pe-tsai* (chou nappa) et les pois mange-tout sont des options qui contiennent moins de potassium.
    • Commandez des plats servis sur du riz plutôt que des nouilles chow mein. En effet, ces nouilles ont souvent du sodium dans leur liste d’ingrédients.
    • Choisissez le riz cuit à la vapeur plutôt que le riz frit.

Voici deux recettes maison authentiquement chinoises publiées dans le livre de recette Healthy Eating for Life. Nous les avons adaptées afin de réduire la teneur en sodium, potassium et  phosphore. On espère que vous les apprécierez!

Vous souhaiteriez voir plus de diversité culturelle dans nos recettes? Dans  la section Commentaires ci-dessous, dites-nous quelle(s) cuisine(s) vous voudriez que nous adaptions et nous ajouterons des recettes!

*Veuillez noter – le chou chinois pe-tsai est différent du bok choy. Le bok choy contient beaucoup de potassium, contrairement aux choux chinois pe-tsai (nappa) qui ont une teneur moins élevée en potassium et sont de meilleurs choix si vous adaptez une recette chinoise.

References
[1] Lee, S.-h., & Molassiotis, A. (2002). Dietary and fluid compliance in Chinese hemodialysis patients. International journal of nursing studies, 39(7), 695-704.

[2] Healthy Eating for Life Cookbook (Feb. 2013). Retrieved from http://www.kidney.ca/document.doc?id=6784

Laisser un commentaire