Vers une alimentation plus propice à une bonne santé rénale : protéines végétales plutôt que protéines animales

par Kelvin Au, étudiant et Dani Renouf, Dt.P., MSc, EAD

On demande souvent aux personnes atteintes d’insuffisance rénale chronique (IRC) de diminuer leur consommation de protéines pour améliorer leur santé rénale. Mais quelle quantité de protéines est jugée excessive ou insuffisante? Que valent les protéines d’origine animale par rapport aux protéines végétales? La diététique peut répondre à ces importantes questions.

La plupart des Nord-Américains consomment plus de protéines que ce qui est recommandé pour leurs besoins individuels; toutefois, des reins en bonne santé peuvent éliminer efficacement le surplus de déchets protéiques. Mais chez une personne insuffisante rénale chronique, les reins ne peuvent faire face à un excès de protéines, d’où une accumulation de déchets protéiques dans l’organisme qui entraîne des risques pour la santé. Pour les personnes qui vivent avec une maladie rénale, surveiller sa consommation de protéines peut alléger le travail des reins en réduisant l’accumulation des déchets dans l’organisme.

Des études récentes ont établi que les aliments contenant des protéines d’origine animale produisent plus de déchets que ceux qui contiennent des protéines végétales. Augmenter sa consommation de protéines végétales peut donc contribuer à réduire l’accumulation de déchets. Cela réduit aussi la perte de protéines dans l’urine, car l’organisme retient mieux les protéines végétales.

Le phosphore (phosphate) est un autre composant alimentaire que de nombreuses personnes atteintes d’IRC s’efforcent de diminuer. Généralement, les aliments riches en protéines végétales contribuent dans une moindre mesure aux taux de phosphate dans le sang, car l’organisme n’absorbe pas facilement le phosphate qu’ils contiennent. Plus concrètement: si vous remplacez 85 g (3 oz) de viande hachée par une tasse de légumineuses, vous obtenez la même quantité de protéines… mais moins de phosphate.

Une foule d’aliments protéinés d’origine végétale peuvent remplacer la plupart des viandes dans notre alimentation, et ils sont souvent moins coûteux que leurs « équivalents » carnés! On peut remplacer le poulet par le tofu pour un régime alimentaire plus sain pour les reins. Les doigts de tofu sont délicieux à la place des pépites de poulet. Les lentilles sont une autre source importante de protéines végétales. Elles peuvent remplacer le bœuf haché d’un grand nombre de recettes –– sous forme de dahl fry par exemple ––, combler les besoins en protéines tout en étant meilleures pour les reins. Diverses légumineuses s’intègrent facilement à des recettes qui demandent de la viande hachée : une boîte de pois chiches et une boîte de haricots rouges peuvent remplacer 680 g (1,5 lb) de bœuf haché maigre dans vos recettes favorites.

Pour la santé de vos reins, vous trouverez d’autres recettes de plats faibles en potassium et en phosphate en consultant Cuisine et santé rénale!

Les renseignements sur l’ICR sont tirés de http://europepmc.org/articles/PMC4926992/ (site Web en Anglais seulement)

Laisser un commentaire